Papy Djilobodji : "Metsu nous a beaucoup fait rêver"

15/10/2013
Après l'annonce de la mort de Bruno Metsu mardi, Papy Djilobodji rend hommage à l'ancien sélectionneur du Sénégal sur Foot-Express.com.

 

Le défenseur de Nantes se rappelle des exploits du technicien français lors de la Coupe du monde en 2002. Il revient également sur la défaite des Lions de la Teranga face à la Côte d'Ivoire en barrages (3-1) samedi dernier à Abidjan. 
 
 
Comment avez-vous accueilli l'annonce de la mort de Bruno Metsu, ancien sélectionneur du Sénégal de 2000 à 2002 ?
 
 
J'ai eu l'occasion de rencontrer Bruno Metsu il y a quelques années par l'intermédiaire de mon agent. C'est évident que ça fait mal et mes condoléances vont à sa famille. On ne peut que souhaiter pour lui que la Terre soit légère. Il a beaucoup fait pour le Sénégal et il nous a beaucoup fait rêver. Lorsqu'il était sélectionneur, j'étais devant ma télévision au Sénégal pour regarder la Coupe du monde en 2002 et le beau parcours des Lions jusqu'en quarts de finale. On le remercie pour tout ça.
 
 
Trois jours après la défaite en barrages pour la Coupe du monde face à la Côte d'Ivoire, la déception a-t-elle été évacuée ?
 
 
Ça reste très dur. Après le match il y a eu de l'énervement. Mais vu qu'on a marqué un but à la fin, il y a encore de l'espoir. Maintenant quand tu rentres dans ton club avec une défaite, c'est assez difficile car tu te fais chambrer par tes coéquipiers. Il reste un match retour qui va arriver dans un mois et là il faudra être prêt pour l'emporter 2-0 ou 3-0. On va tout faire pour se qualifier pour cette compétition. Et si on ne se qualifie pas, on ne baissera pas les bras et on repartira au travail pour aborder les échéances suivantes.
 
 
Lors du match retour en novembre prochain (qui va se dérouler sur terrain neutre à Casablanca, au Maroc), sur quoi doit miser le Sénégal pour se qualifier ?
 
 
Le match face à la Côte d'Ivoire a été perdu dans le premier quart d'heure avec ces deux buts rapidement encaissés. Il ne faut pas trop les respecter puisqu'il s'agit de joueurs comme nous. Leur rentrer dedans quand il faut et être plus efficace. De ce que j'ai vu samedi, ce n'était pas trop cela. Tout le monde l'a observé. Il va falloir être des chiens sur le terrain pour aller à cette Coupe du monde. Que ce soit Drogba, Gervinho ou Yaya Touré, il ne faut avoir peur de personne.
 
 
Le sélectionneur Alain Giresse promet des changements. Prétendez-vous à une place de titulaire en défense centrale ?
 
 
Les titularisations en sélection passent forcément par de bonnes prestations en club. Et tout le monde réussit un bon début de saison avec son équipe. Si j'ai la chance de jouer, je me donnerai à 2000% pour le Sénégal. On verra qui l'entraîneur choisira d'aligner le moment venu pour retrouver la Côte d'Ivoire.
 
 
Propos recueillis par Mikaël TORZ
 
 
Crédit photo : fcnantes.com

A lire également