Paul Bernardoni : "Bordeaux, un palier pour ma carrière"

1/02/2016
Paul Bernardoni s’est engagé lundi avec les Girondins jusqu’à la fin de la saison. Le remplaçant de Cédric Carrasso est prêté avec option d’achat.
 
Paul, comment t’es-tu retrouvé à Bordeaux ?
 
J’ai commencé à jouer avec l’ESTAC cette saison, mais avec la blessure de Cédric Carrasso, Bordeaux a fait appel à moi. Ça a été assez direct, naturel, au final, pour moi… Je suis très heureux d’être ici car c’est vraiment un bon club, et un palier, aussi, pour la suite de ma carrière.
 
 
Bordeaux reste donc un club attractif…
 
Bien sûr ! Quand on m’a dit Bordeaux, j’avais les yeux qui pétillaient ! Ça reste un grand club avec un grand nom.  
 
 
Arriver dans un club qui a connu ses dernières saisons des gardiens comme Ulrich Ramé et Cédric Carrasso, ça fait quoi exactement ?
 
C’est un honneur, car ce sont deux grands gardiens passés ici. Je viens pour énormément progresser et je sais qu’avec Cédric ou Jérôme (Prior), je vais y parvenir. C’est mon but, tout comme celui de m’exprimer le mieux possible.
 
Tout semble être allé très vite pour toi ; tu réalises ?
 
Oui, c’est vrai, mais ma famille m’aide à garder la tête sur les épaules. J’ai passé de très bons moments à Troyes, mon club formateur, que je remercie encore, mais c’était le moment de partir pour franchir un palier. J’ai dit merci et au revoir le week-end dernier, et je suis désormais 100% bordelais !
 
 
Tu es venu jouer au Matmut Atlantique avec Troyes (11e journée, défaite 1-0). Que représente ce moment précis ?
 
C’était surtout mon deuxième match en Ligue 1, donc ça représente vraiment un très bon souvenir. On avait perdu, mais c’est ce match-là qui m’a quelque part lancé avec Troyes… Ce stade est magnifique, et tout est fait pour bien s’exprimer.
 
En signant à Bordeaux, t’es-tu dit, dans un coin de ta tête, que l’Euro 2016 pouvait être aussi un objectif ?
 
Non, non ! (rire) On a déjà l’Euro avec les U19, donc on va se concentrer sur celui-là… »
 
 
Propos recueillis par Laurent BRUN, au Haillan

A lire également