Bordeaux tient-il son Rolan d'as ?

27/11/2014
Sélectionné par Oscar Tabarez avec la Celeste, l'Uruguayen Diego Rolan, 21 ans, peut-il devenir une carte majeure des Girondins ?

Sept buts en 39 matches de Ligue 1, dont cinq inscrits cette année avec les Girondins de Bordeaux (en 14 matches). Et si 2014 était la bonne saison pour Diego Alejandro Rolan Silva débarqué en Gironde au mercato de janvier 2013 ? A ce rythme là, l’attaquant girondin, qui compte 10 titularisations et 4 entrées en cours de jeu, pourrait même flirter avec la barre significative des 15 buts au moment d'inaugurer le nouveau jardin des Girondins, au mois de mai prochain. Avant de se projeter aussi loin, bref arrêt sur image pour tenter de situer le déclic chez ce joueur véloce. Tout démarre cet été : est-ce le départ de Francis Gillot ou l'arrivée de Willy Sagnol qui le libèrent ? Sans doute un peu des deux. Toujours est-il que le numéro 9 bordelais démarre en trombe : l'Uruguayen marque 4 buts en six matches (dont un doublé contre Monaco, 2e journée 4-1) et délivre une passe dé (à Sertic, lors de la 3e journée). Ces belles performances attirent l’œil du sélectionneur de la Celeste qui le convoque pour la première fois à 21 ans contre le Japon. Pour fêter son arrivée dans la cour des grands, Diego file même une assits à Edinson Cavani. L’attaquant participe ensuite à toute la tournée au Moyen-Orient en octobre et novembre de la Celeste jouant 4 matches. Jusqu'à imaginer se faire une petite place au soleil pour disputer la Copa América en fin de saison chez le voisin chilien ? Tout est possible. Mais sous certaines conditions.
 
Une mauvaise passe ou un grand vide ?
 
« Sur le corner, on a un joueur qui rentre du banc. On lui dit de se mettre au deuxième poteau mais il n'y va pas et cela fout en l'air un petit peu tout le travail de l'équipe donc c'est dommage. » Dimanche au Vélodrome, Willy Sagnol n'y est pas allé par quatre chemins pour pointer du doigt le coupable...relâchement de son jeune joueur et dézinguer Diego Rolan à la fin du match au micro de Paganelli (3-1). Le joueur est clairement fautif sur le corner qui amène le deuxième but marseillais et il le sait. Remplaçant lors des trois derniers matches (contre Toulouse, Lens et Marseille), Rolan semble accuser le coup de son bon début de saison. Il lui reste un petit mois de compétition pour confirmer son statut de jeune Espoir et préserver sa place dans le onze sachant Henri Saivet sur le retour. L'Uruguayen va devoir en faire plus pour satisfaire les exigences élevées de coach Willy. Et continuer de rêver de Copa America.
 
 
 
Par Gauthier DUCHAINE

A lire également