Bordeaux a-t-il les moyens de ses ambitions ?

15/01/2015
La gifle reçue face à Lyon fin décembre et le match nul obtenu à Monaco dimanche ont fait redescendre les Girondins sur terre. Bordeaux peut-il toujours viser le podium ?
 
Avec 32 points en 20 journées, les Girondins pointent à la sixième place, sept points derrière le troisième (Saint-Etienne). A la suite du bel été girondin, d'autres espoirs avaient pourtant été nourris dans l'entourage du club aquitain, jusqu'à caresser le doux rêve de disputer à nouveau la Ligue des Champions dans un nouvel écrin à la rentrée 2015. Un rêve inaccessible ? Sans doute, oui. Car derrière le jeu plus léché pratiqué par les joueurs de Sagnol (dans l'ensemble), les chiffres sont implacables et Bordeaux fait à peine mieux que la saison dernière, à temps de passage identique. Offensivement, les Girondins ont mis 26 buts, soit un de moins que l’année dernière à pareille époque, mais se sont relâchés sur le plan défensif et la gifle reçue par Lyon juste avant la trêve (0-5) a créé toute la différence par rapport au bilan de l'an passé (-27 buts contre 22). Si bien que malgré le point de "bonus" affiché au compteur du classement de la Ligue 1 (32 points contre 31), et une amélioration dans le jeu, les Girondins restent éloignés du podium. La faute à qui ?
 
Une attaque à redynamiser
 
Derrière l'indispensable Cheick Diabaté, difficile de trouver un attaquant qui soit à la hauteur. Thomas Touré et Diego Rolan peinent à confirmer même s’ils montrent des signes encourageants de progression. Pas assez tueurs devant le but, les deux espoirs bordelais pêchent dans la finition. Cela se ressent lors des grosses affiches. Cette saison le bilan de Bordeaux contre les quatre premiers du Championnat (Lyon, Marseille, Saint-Etienne, Paris) c’est un nul et trois défaites avec deux buts marqués pour douze encaissés. Aïe. La défense girondine est aussi fautive. Willy Sagnol peine à trouver la bonne formule derrière. A deux ou trois centraux, les Girondins n’ont rendu que deux « clean sheets » en vingt rencontres. C’est trop peu. Pour comparaison, Lyon a gardé sa cage inviolée huit fois, Marseille six et Saint-Etienne douze. Il faut pourtant noter que Cédric Carrasso fait son boulot et qu'il a même déjà sauvé son équipe plusieurs fois cette saison. Avec Sané parti à la CAN, Willy Sagnol aurait sans doute intérêt à renforcer son secteur défensif, mais les moyens financiers du club semblent limités sur ce mercato d'hiver. A Cédric Yambéré (voir son ITW ici) et d'autres jeunes joueurs moins utilisés d'en profiter pour se montrer en janvier. Car, des cinq joueurs bordelais retenus à la CAN 2015 (Sané, Saivet, Traoré, Poko, Khazri) tout le monde ne sera pas concerné jusqu'à la finale du mois de février.
 
Par Gauthier DUCHAINE, avec Olivier SCHWOB à Bordeaux 
 
 
 
 

 

A lire également