Valentin Vada : "ça m’est égal si le coach me met latéral droit ou gauche…"

23/01/2016
Il confirme match après match tout le potentiel qu’on lui prête. Avant la demi-finale de Coupe de la Ligue, Valentin Vada se confie.
 
Valentin, tu as connu ta première titularisation en Ligue1 à Nantes, à quel moment l’as-tu appris ?
 
Je l’ai su à l’entrainement vendredi, la veille du match à Nantes. Le coach est venu me parler pour me le dire. Je suis très content de cette première, de ne pas avoir perdu. Et j’apprécie vraiment la confiance que le coach me donne, m’accorde. Il me parle beaucoup, me donne beaucoup de conseils et je le remercie. J’ai très envie de jouer, de montrer mes capacités, mes qualités.
 
A Nantes, Bordeaux a enchaîné un 11e match sans défaite. L’équipe a su réagir pour montrer qu’elle avait du caractère et qu’il y avait des solutions sur le banc …
 
C’est vrai. A Nantes, on n’a pas joué les 30 premières minutes. On a juste joué une heure. Ceux qui sont sur le banc ont montré qu’ils sont aussi concernés. Ça montre beaucoup d’envie, d’ambitions. Ce match à Nantes a été dur mais on est allé chercher ce point et c’est ce qu’il faut retenir.
 
Dans le 4-3-3 actuel, dans quelle position te sens-tu le plus à l’aise ? On voit parfois Sagnol te demander de jouer plus haut, en 10…
 
Mon meilleur poste c’est numéro 10. J’ai toujours joué comme ça en jeunes, en CFA. Dans le 4-3-3, je suis en train de m’habituer à jouer en 8.  Ça m’est égal si le coach me met latéral droit, latéral gauche, attaquant, milieu.. je n’hésite pas. Je fais tous les efforts à fond. 
 
 
Mardi, il y a un grand rendez-vous avec la demi-finale de Coupe de la Ligue à Lille…
 
Même s’ils ont perdu deux matches, (Trélissac puis Troyes) je ne sais pas si cette équipe sera démobilisée, je ne pense pas. Nous, notre objectif c’est d’aller au stade de France. C’était ce que l’on s’est dit au début de la Coupe. On sait qu’à Lille, devant leur public, ce sera un match très difficile.
 
Pour vous qualifier, vous pourrez compter sur Cheick Diabaté qui vient de marquer 5 buts en janvier…
 
Oui, Cheick, il est en forme ! C’est un mec adorable. Il me donne aussi beaucoup de conseils. Je l’écoute beaucoup. Avant Nantes, il m’avait demandé : « Quand est-ce que tu me fais une passe décisive ? «  C’est fait, je suis très content d’avoir trouvé sa tête sur mon coup franc. 
 
Propos recueillis par Olivier SCHWOB, envoyé spécial à Nantes 
 

A lire également