EXCLU Malcom : "Je suis heureux à Bordeaux"

31/03/2016
De retour de sélection, Malcom fait le point : Sagnol, Ramé, les JO, Vagner Love, le match à Monaco. Entretien.
Ce jeudi midi, veille de Monaco - Bordeaux, on a déjeuné en paix dans le restaurant préféré de Malcom, le Carioca Restaurante "un coin de Rio à Bordeaux". 
 
 
Malcom tu rentres de sélection. Avec les U23 du Brésil, vous avez battu l’Afrique du Sud 3-1. Raconte nous un peu…
 
Ça c’est bien passé. On s’était bien préparé pour ce match, on était focalisés sur ce match. Au bout il y a la victoire, c’est le plus important.
 
Peux-tu espérer, à ton avis, disputer les Jeux Olympiques de Rio cet été ?
 
Pour cela il faut que je joue, que je me montre. Après, c’est une décision qui appartient à Dunga, le sélectionneur et à son staff. On verra bien s’il y a une possibilité. A moi de travailler fort et d’être bon en France avec Bordeaux.
 
Justement, tu as rejoint Bordeaux le dernier jour du mercato cet hiver. Quels étaient les autres clubs qui te suivaient ?
 
Euh… C’est du passé, oui il y avait d’autres clubs, mais j’ai choisi Bordeaux. Je suis heureux à Bordeaux, c’est ici que je veux écrire mon histoire, avec le club, aider l’équipe, être performant. Le reste, c’est du passé.
 
Mais quand tu as signé, l’entraîneur s’appelait Willy Sagnol…
 
Oui, c’est vrai, c’est « lui qui m’a signé » , qui m’a recruté. Ensuite c’est Ulrich Ramé qui l’a remplacé. Il connaît le club, les jeunes.  Ramé m’a parlé, j’ai un bon contact avec lui. Il m’a expliqué ce qu’il attend de moi, de jouer mon jeu, de travailler pour l’équipe, d’être décisif.
 
Dans le vestiaire qui t’aide à t’intégrer plus rapidement ?
 
Il y a beaucoup de joueurs, les Brésiliens c’est sûr Jussie, Pablo. Mais il y a aussi Jaro (Plasil) qui parle, Vada, Diego (Rolan), Mauro. C’est important qu’il y ait des jeunes de mon âge qui parlent, mais moi aussi j’apprends le français pour être à l’aise plus vite ici.
 
Vendredi, tu es dans le groupe pour le match à Monaco. Là-bas aussi, il y a des joueurs Brésiliens dont Vagner Love, avec lequel tu as joué en club. Que peux-tu nous dire sur Vagner Love ?
 
Oui, je suis dans le groupe, mais je ne sais pas si je serai titulaire. Je suis dans l’attente. En face, il y aura Vagner c’est vrai. Vagner Love, c’est un ami, on a joué ensemble, on allait l’un chez l’autre à Rio, on a passé des bons moments. J’ai beaucoup appris à son contact. Il est fort, chaque occasion chez lui fait quasiment un but.
 
 
Tu vas échanger ton maillot avec lui ?
 
Oui, je vais essayer (sourire).
 
 
Propos recueillis par Olivier SCHWOB, à Bordeaux 

A lire également