Cédric Carrasso : "De nouveau prêt à enchaîner les matches"

05/02/2017
De retour dans les buts bordelais juste avant la réception du PSG, Cédric Carrasso pose un regard lucide sur le niveau des Girondins. Quand d'autres préfèrent éviter les micros.

Cédric, tu as repris mardi, comment te sens-tu physiquement ?

Je me sens beaucoup mieux. Mardi (contre Dijon en CDL, victoire 2-1), c'était un match de reprise pour me rassurer. Ce n'est pas évident car j'ai eu une blessure, une rechute à l'entraînement.. Je n'ai pas eu de chance, j'ai même eu un peu peur par rapport à ça. Il fallait que je me rassure et samedi (face à Rennes, 1-1) j'ai retrouvé toutes mes sensations. Je sors une belle frappe de Morgan Amalfitano en première mi-temps. Je suis de nouveau prêt à enchainer les matches.

Ton plongeon sur la frappe de Morgan Amalfitano a dû te mettre en confiance ?

Oui c'est vrai, c'est une belle frappe. Il me semble qu'elle rentrait même si je n'ai pas revu les images. Il faut aller la sortir, mais j'ai plus été surpris par l'anecdote avec l'arbitre et la Goal Line Technology qu'autre chose.

Qu'est-ce qui s'est passé du coup avec la Goal Line ?

C'est simple. Ils ont vérifié le ballon n'est jamais rentré et ça on le voyait bien. Visiblement, la montre a quand même vibré à cause de mon maillot parce qu'il était jaune. Il va falloir que je pense à changer pour la prochaine fois (rires). Ça aurait pu être le but le plus stupide qu'on ait jamais pris. Je trouve que le corps arbitral a très bien réagi.

Bordeaux a encore raté le coche au classement...

Je pense que c'est un manque d'expérience d'aller au bout des choses. Il y a certains qui savent ce que c'est que de gagner des titres et d'autres non... Il faut qu'ils apprennent. Malheureusement, on a tout fait à l'envers dans ce qu'on a produit sur le terrain. La première mi-temps était pénible, et en seconde, tout pouvait se passer. C'est dommage car il y avait un bon coup à jouer. Même si on est mauvais, il faut gagner les prochains matches. Il ne faut pas lâcher car on voit que c'est possible de gagner.

La charnière centrale qui a changé en cours de match, ça ne t'a pas perturbé (Toulalan est descendu d'un cran pour remplacer Lewczuk, blessé) ?

Non, il faut qu'on s'adapte surtout après 15-17 ans de football. J'avais déjà joué avec lui contre Nantes, il y a plus compliqué comme joueur que Jérémy Toulalan (rires).

Propos recueillis par Hugo JUSTE, au Matmut

A lire également