FCGB Girls : quelle visibilité sur les réseaux sociaux ?

22/09/2016
Vingt-deux filles recensées dans l'effectif des Girondines de Bordeaux et potentiellement autant de comptes Twitter et Facebook. Qu'en est-il vraiment sur la toile ?
 
Instagram, Facebook, Twitter.. Quand on a 22 ans, comme la moyenne d'âge des filles qui composent la section féminine des Girondins de Bordeaux, ces trois supports digitaux font partie du langage "familier". De l'environnement.
Si elles ne sont pas nées avec, les FCGB Girls ont au moins grandi avec ces sites de partages communautaires. Alors justement quelles sont les joueuses les plus actives et engagées sur la Toile ? Quelles sont celles qui partagent le plus, accueillent le plus de likes et hébergent le plus de followers ?
Jusqu'où peuvent-elles partager leur quotidien ? La promotion Isefac Bachelor Sport de Bordeaux s'est penchée sur la question.
 
Pas toutes visibles
 
Dans l'effectif, toutes ne sont pas connectées. Sur Twitter, de Sarah Cambot la capitaine (qui draine derrière elle 248 followers sur twitter) à Cindy Ferreira (842) en passant par Eva Sumo (253) Chloé Billaud (493) et Miliça Stetic (1271), la notoriété digitale ne correspond pas forcément au statut sur le terrain et dans le vestiaire.
Mais c'est un début. A titre de comparaison, le compte officiel de la section féminine (tenu par le club) affiche 2350 abonnés (@fcgbgirls) contre 231.000 pour la section "masculine" (@girondins).
Sur Facebook, autre page communautaire, le grand écart est plus saisissant : 735 654 likes pour la page des garçons, contre 10 697 "j'aimes" recueillis pour les Filles.
 
Plus de messages de soutien
 
En coulisses, dans l'entourage de l'équipe et des joueuses, on nous confirme que le club surveille et recommande à ses joueuses de maîtriser leurs comptes, et de filtrer les demandes. Sans doute échaudé par le comportement de certains joueurs pros qui ont dérapé l'an passé.
"Depuis la montée en D1, sur les réseaux sociaux j'ai eu pas mal de demandes d'ajouts et de messages de soutien, mais pas de changement énorme non plus", observe une joueuse, davantage impressionnée par l'engouement du public et des fans venus en nombre au stade, en tribunes. Un soutien plus massif et davantage palpable pour les Filles.
 
 
 
Mathis Carpentier, Nicolas Le Graët, Alexandre Grimaud, Cyrielle Labatut

A lire également