Belgique : les raisons de la défaite

2/07/2016
Beaucoup pensaient qu’ils iraient en finale ou gagneraient cet Euro 2016. La Belgique a pourtant été éliminée en ¼ de finale par une remarquable équipe galloise (3-1). Analyse d’un fiasco.
 
 
Une défense en éternel chantier
 
 
Marc Wilmots a dû composer pendant cet Euro sans son capitaine, Vincent Kompany, blessé. Cela aurait pu s’arrêter là mais Björn Engels, Dedryck Boyata et Nicolas Lombaerts n’ont pu tenir physiquement pendant la préparation d’avant-tournoi. Cette défense aura été durant toute la compétition à la recherche d’une vraie stabilité. Elle semblait l’avoir trouvée lors de son deuxième match (victoire 3-0) face à l’Irlande après avoir déjà perdu le premier du tournoi, face à l’Italie (2-0). Oui mais voilà, au soir de la qualification pour les  ¼ après le match gagné face à la Hongrie (4-0), le casse-tête recommençait pour Wilmots avec une suspension à gérer : celle de Thomas Vermaelen, l’un des piliers de cette défense belge. Et ce n’est pas tout ! Car jeudi à J-1 du match, on apprenait que Jan Vertonghen (82 sélections) était contraint de faire une croix sur la suite du tournoi, après s’être blessé au niveau des ligaments externes de la cheville gauche en toute fin d’entraînement. Alors que faire lorsque 50% de votre défense est à réinventer  ? Wilmots a répondu en osant. Il lui a semblé judicieux de titulariser Jordan Lukaku à gauche mais surtout Jason Denayer dans l’axe avec Alderweireld alors que beaucoup en Belgique voulaient voir un Laurent Ciman apporter son expérience dans une défense qui constituait la plus inexpérimentée de tous les ¼ de finalistes (moyenne de 20,5 sélections).
 
 
Des choix discutables
 
 
Dans cette élimination (la 2e consécutive pour les Diables Rouges en ¼ après celle contre l’Argentine au Brésil, en Coupe du monde, il y a 2 ans), Marc Wilmots est indéniablement responsable. Bon nombre de spécialistes lui tombent déjà dessus, et l’on réclame sa démission en Belgique. Il serait de toute façon pressenti du côté du Standard de Liège, club où il a évolué en tant que joueur de 1991 à 1996.  Il est vrai que sa décision de sortir Yannick Ferreira Carrasco à la mi-temps pour faire entrer Marouane Fellaini laisse perplexe. Fellaini n’est assurément pas un joueur porté sur l’offensive. Alors à 1-1, pourquoi un tel changement ? Thibaut Courtois s’est exprimé après le match sur les choix tactiques de son sélectionneur : «Nous avons commis les mêmes erreurs tactiques que contre l’Italie, en poules. Contre un 3-5-2, nous avons joué avec la même tactique et nous avons connu les mêmes problèmes. J’ai dit ce que j’avais à dire dans le vestiaire après le match, j’ai mis le doigt là où il fallait le mettre après la rencontre ». Il est désormais trop tard pour Wilmots qui doit assumer ses responsabilités. Le temps est venu pour lui de quitter le navire rouge et sa génération dorée à laquelle on promettait bien des succès. Une fois encore la Belgique reste à la porte du dernier carré. Bien avant l'heure, la Gironde, Le Haillan et Le Pian-Médoc vont retrouver toute leur quiétude.
 
Par Anthony RICARTE, à Bordeaux 

A lire également