Nicolas Pallois : "Je suis passé à autre chose"

5/05/2016
Suspendu et/ou blessé pendant cinq mois, Nicolas Pallois est revenu à la compétition, en Ligue 1, le week-end dernier. Une situation que le défenseur savoure tout particulièrement…
Nicolas, content d’être de retour… en conférence de presse ?
 
Ça fait du bien, oui ! Depuis cinq mois… Ça fait bizarre de retrouver les terrains !
 
Comment tu te sens, après le match à Troyes (victoire 4 à 2) ?
 
Reprendre du plaisir, jouer, ça le fait… Les repères étaient là ; c’était important de retrouver les bonnes sensations et de rejouer le plus simplement possible.
 
Avoir évolué avec l’équipe 2, en CFA, ça t’a aidé ?
 
Oui, ça s’est bien passé avec la réserve et j’ai continué dans ce train-là… Et faire les choses correctement, avec une victoire au bout, c’est bien. Il me fallait faire les efforts en match pour réintégrer le groupe. Ces deux rencontres m’ont permis d’avoir du rythme pour la suite.
 
Et ton entente, en défense centrale, avec Frédéric Guilbert, ça s’est passé comment ?
 
Ça se passe bien… Après, je m’adapte à tous les joueurs avec lesquels je joue. Et je pense qu’à Bordeaux, j’en ai eu pas mal !
 
Il reste trois matches (avec le PSG et Caen) à disputer ; comment les abordez-vous ?
 
Aujourd’hui, il faut faire le maximum pour engranger le plus de points possibles. On sait qu’il y a des places à prendre et qu’il faut être également au plus haut dans le classement. Il y a trois matches, donc trois victoires potentielles ; alors on va tout faire pour les obtenir.
 
Vous tablez sur neuf points ?
 
On est là pour gagner les matches, et pas pour les jouer pour les perdre (sic) !
 
Même face au PSG ?
 
Pourquoi pas ! Je pense qu’ils n’ont plus rien à jouer non plus, donc je crois que tout est possible.
 
Lorient (16e, 43 points), qui a assuré le maintien, ça t’inspire quoi ?
 
C’est une équipe qui joue au ballon, qui est libérée, comme les deux autres que nous allons affronter. Par conséquent, à nous de jouer le mieux possible face à elles, pour prendre ces points. Il faut continuer à le faire comme depuis plusieurs semaines, et ne pas se poser de questions.
 
Néanmoins, peut-il y a avoir une sorte de décompression, avant de recevoir le PSG en suivant (mercredi 11 mai) ?
 
Non, je ne vois pas pourquoi. Cette victoire nous a fait du bien, et une deuxième en ferait aussi au moral. Pas de questions à se poser là-dessus.
 
Vous n’avez plus gagné à domicile depuis la 23e journée (face à Rennes, 4-0) ; est-ce un frein ?
 
Là non plus, il ne faut pas s’en poser ! Il faut jouer comme on sait le faire et faire les choses correctement.
 
Ta longue suspension t’a-t-elle permis de prendre du recul sur toi-même, sur l’impulsivité ?
 
Je pense que je n’ai pas été impulsif, pendant un an et demi à Bordeaux… Après, dans ce match-là, il y a eu des faits de jeu… mais ça fait partie du football. Je suis ni le premier, ni le dernier. Et je n’ai pas non plus tapé l’arbitre… Mais j’ai été sanctionné pour ce que j’ai fait.
 
As-tu vécu cela comme une injustice ?
 
J’étais énervé, j’ai commis un acte qu’il ne fallait pas commettre et, aujourd’hui, je m’en rends compte. Mais je suis passé à autre chose… »
 
Propos recueillis par Laurent BRUN, au Haillan

A lire également