Valéry Mézague, un parcours accidenté

16/11/2014
Triste nouvelle : le Camerounais Valéry Mézague est décédé ce samedi. Retour sur la carrière de l'ancien milieu de Montpellier et Sochaux, fauché en plein vol.

"C'est avec une très grande tristesse que le Sporting Toulon vous informe du décès de Valéry Mézague". Il est 16h ce samedi lorsque le club communique sur la mort de son joueur, débarqué dans le Var il y a quelques mois à peine.

A presque 31 ans, le milieu de terrain évoluait depuis le début de la saison au Sporting Toulon, actuel 6e de CFA 2. Une nouvelle vie débutait pour le Franco-Camerounais après une année sans club. C’est Roger Milla, alors recruteur pour Montpellier HSC, qui l'a repéré et l'a fait venir dans l’Hérault au tout début du XXIe siècle. Mézague n'a que 17 ans. A l'ombre du stade de la Mosson, l'enfant se transforme en homme et en un grand espoir pour le football français et camerounais. Ce choix de nationalité lui est imposé au printemps 2003 lorsqu’il est sélectionné simultanément en équipe de France espoir et chez les Lions Indomptables. Il préfèrera le maillot vert, ce qui lui permettra de disputer la Coupe des Confédérations. Le Cameroun ira jusqu’en finale mais perd Marc-Vivien Foé, qu'il remplace lors de ce match dramatique face aux Bleus.

Un accident et de nombreux virages

Cette année 2003 est charnière pour le milieu de terrain puisque le joueur, désormais âgé de 20 ans et à deux doigts de s'envoler pour Portsmouth, est plongé trois jours dans le coma à la suite d’un accident de voiture. Coup d’arrêt pour Valery Mézague dont la carrière ne décollera jamais. Il passe du statut de joueur prometteur titulaire à celui d'éternel remplaçant. Entre 2003 et 2007, il ne parvient pas à enchaîner de saison pleine, ne jouant guère plus de vingt matches par exercice, que ce soit en Ligue 1, en Premier League ou en Ligue 2, de Montpellier à Sochaux via Portsmousth. Un prêt au Havre avec des statistiques correctes (32 matches pour 5 buts en comptant les Coupes) semble relancer le Camerounais mais le plus vieux club de France ne lève pas l’option d’achat. Nouveau tour de piste, Mézague passe par Châteauroux avant de jouer à nouveau quelques mois dans le Doubs. Une saison -enfin- pleine à Vannes en 2009-2010 puis un statut de remplaçant, le joueur erre ensuite à Panetolikos, en Grèce, et à Bury, en Angleterre, en 2013. Il était venu au Sporting pour retrouver le goût du ballon rond et se relancer.

Sa disparition a provoqué de nombreuses réactions sur Twitter, notamment. Anciens coéquipiers et ex-clubs rendent tous hommage à l’homme autant qu'au joueur. Toifilou Maoulida, formé au MHSC, était ainsi très affecté : "Je viens d'apprendre cette triste nouvelle, le décès de Valéry Mézague, mon ami d'enfance, mon ex-coéquipier, mon ami dans le foot, mon petit frérot... Je n'ai pas de mots pour exprimer toute ma tristesse, partir si jeune, je suis effondré..." L'ancien Marseillais Mamadou Niang a également confié son désarroi. "Très très triste d'apprendre le décès de Valéry Mézague toutes mes condoléances à sa famille", a ainsi posté le Sénégalais sur Twitter. Valéry Mézague, dégoûté par l'individualisme du milieu, expliquait souvent en interview que "seul le travail paie". Il n’aura donc jamais été récompensé.

par Gauthier DUCHAINE

A lire également