Le onze africain de l'année 2014

29/12/2014
Enyeama, Benatia, Touré, Brahimi, Aubameyang, Ayew... ils sont tous dans notre onze d'Afrique, les meilleurs joueurs du continent de l'année 2014.

De la Coupe du monde 2014 à la CAN 2015, en passant par la Ligue des champions et les différents championnats européens, les joueurs africains ont, tout au long de cette année 2014, mis l'ambiance sur le Vieux Continent. Voici notre sélection -forcément subjective- des onze meilleurs africains pour 2014.

Vincent Enyeama (LOSC, Nigeria) : à son poste, le placide Enyeama n'a certes pas beaucoup de concurrence mais le portier des Super Eagles fait le boulot. Il a longtemps été en course pour battre un vieux record d'invicibilité en Ligue 1 en 2013. L'année suivante a donné raison au LOSC de lui avoir fait confiance: à 32 ans, Enyeama est au top de sa forme et, si les résultats en club (13e de L1) comme en sélection (pas de CAN) ne suivent pas toujours, Enyeama est irréprochable. Ses performances parlent pour lui, qui n'aime pas vraiment se mettre en avant.

Kwadwo Asamoah (Juventus de Turin, Ghana) : Le Ghanéen est aussi discret qu'il est talentueux. Vif et puissance, Asamoah arpente les couloirs en Serie A. Avec un certain succès puisque ses performances lui ont valu d'être désigné dans l'équipe de l'année en Italie. Au Brésil, malgré une élimination précoce, le Black Star a remis le couvert, étalant à la face du monde que sa discrétion n'est indicatrice en rien de son niveau de performances.

Mehdi Benatia (Bayern Munich, Maroc) : Un roc. Qui a franchi un cap. Impressionnant dans la péninsule italienne, le défenseur a transporté son talent en Bundesliga, où sa rigueur fait merveille: huit titularisations, un but, le Lion n'a pas tardé à se mettre tout le monde dans la poche en Bavière. Au point de s'attirer les louanges de son entraîneur, l'exigeant Pep Guardiola. "Avec Mehdi, le Bayern a recruté un grand défenseur pour les prochaines années." Que demander de plus?

Faouzi Ghoulam (Naples, Algérie) : parti sur la pointe des pieds en Italie, le latéral continue à ne pas faire trop de bruit. Mais, mine de rien, l'ancien joueur de Saint-Etienne s'est fait une place au soleil. Ses allers-retours incessants sur son aile en ont ainsi rendu chèvre plus d'un, au point d'être désormais considéré comme l'un des meilleurs latéral gauche de Serie A. Des jolies performances qu'il a su retranscrire sous le maillot des Fennecs, belle surprise de la dernière Coupe du monde au Brésil.

Yaya Touré (Manchester City, Côte d'Ivoire) : trois titres de meilleur joueur africain de l'année, une flopée de titres et des buts en pagailles. L'année 2014 du milieu de terrain de City ressemble aux précédentes. Il est d'ailleurs le seul représentant du continent dans l'équipe FIFA de la saison. Pas de quoi faire sourciller l'ancien joueur de Monaco et du Barça qui rêve, après ses échecs en 2006 et 2012, de brandir -enfin- cette CAN après laquelle il court. Cornac en chef des Eléphants, Yaya Touré portera en Guinée équatoriale les espoirs de tout un peuple.

Sofiane Feghouli (Valencia, Algérie) : de Feghouli, on connaissait sa technique et son cerveau, voilà maintenant que "Le Puma", comme on l'appelle en Espagne, a ajouté à sa palette, la vitesse. Le milieu de terrain algérien est le joueur le plus rapide de Liga cette saison. Plus vite que Cristiano Ronaldo ou Gareth Bale... Le Fennec a été flashé à une pointe de 35,53 km/h. De quoi filer vers le titre tant attendu lors de la CAN 2015?

Gervinho (AS Roma, Côte d'Ivoire) : sa deuxième saison à la Roma est à l'image de la première: efficace sans être excessivement brillante. Néanmoins, l'international ivoirien reste une valeur sûre et n'est pas loin de retrouver son niveau de Lille après un exil compliqué en Angleterre. Depuis la retraite de Didier Drogba, l'ancien Gunner est également appelé à prendre plus de responsabilité dans cette Selefanto qui ne rêve que de succès.

Stéphane Mbia (FC Séville, Cameroun) : désormais capitaine des Lions Indomptables, le milieu de terrain a les épaules pour redorer le maillot vert-jaune-rouge. Mais, avant de penser aux succès avec le Cameroun, l'ancien aboyeur de QPR a offert une place en finale de la Ligue Europe (remportée, face à Benfica) d'un but rageur au bout du bout (90e+4) lors de la demi-finale retour, face à Valence (2-0,  1-3). Une juste performance pour ce travailleur de l'ombre aussi régulier qu'efficace.

André Ayew (OM, Ghana) : solide, généreux, franc, André Ayew est de ses joueurs dont il faut disposer dans son équipe. Avec lui, disent ses entraîneurs, on peut partir à la guerre. C'est souvent lui qui jaillit, avec l'OM ou le Ghana, pour sortir ses coéquipiers d'un mauvais pas. Désormais capitaine chez les Black Stars, le fils de la légende Abedi Pelé s'est fait un nom. Du côté de Marseille, il continue à faire le boulot. Jusqu'à quand? Les clubs italiens et anglais se pressent au portillon pour ce talentueux milieu à tout faire.

Yacine Brahimi (FC Porto, Algérie) : le joueur africain de l'année, c'est lui. Brillant avec Porto, étincellant avec l'Algérie, l'ancien joueur du Stade Rennais est courtisé par les plus grands. En attendant, il enchaîne les performances de haute volée et le voilà meilleur joueur africain de l'année pour la BBC puis Ballon d'Or algérien pour El Heddaf-Le Buteur. Pas mal pour un gamin qui n'arrivait pas à s'imposer au centre de formation du PSG.

Pierre-Emerick Aubameyang (Borussia Dortmund, Gabon) : absent au Brésil, PEA reste un des joueurs majeurs en Afrique. Au sein d'un Borussia bien à la peine, le supersonique attaquant gabonais reste l'une des rares satisfactions avec une dizaine de buts, tous précieux, depuis le début la saison. S'il ira au Gabon, c'est pour valider son statut et aider ses Panthères à revenir sur le devant de la scène internationale. L'ex-Stéphanois a les qualités pour.

 

On aurait également pu citer : Asamoah Gyan (Al Ain, Ghana) qui est devenu le meilleur buteur africain en Coupe du monde; Ahmed Musa (CSKA Moscou, Nigeria) qui, à 22 ans à peine, enchaîne les titres et les performances, dont un doublé contre l'Argentine en Coupe du monde; Raïs Mbolhi (Philadelphie, Algérie) qui a écoeuré les attaquants allemands lors du Mondial brésilien; Serger Aurier (PSG, Côte d'Ivoire) qui, malgré un début de saison en dents de scie, reste une valeur sûre; Chancel Mbemba (Anderlecht, RDC), la nouvelle perle congolaise des Mauves; Seydou Keita (AS Roma, Mali), revenu en Europe après un exil doré en Chine; Diafra Sakho (West Ham, Sénégal) qui cartonne en Premier League...

 

par Nicholas Mc ANALLY

A lire également