Ikoko: "La RDC va recruter d'autres binationaux"

10/04/2017
Passé par les sélections françaises de jeunes, Jordan Ikoko s'éclate avec la RDC. Le défenseur des Léopards rêve désormais de Coupe du monde.

Jordan, vous êtes assez nouveau en sélection. Comment cela se passe-t-il?

Ca se passe plutôt bien. Il y a pas mal de binationaux, d'autres qui jouent au pays et tout le monde s'entend bien. Il y a une très bonne ambiance, ça passe bien. Et, du coup, c'est toujours un plaisir de revoir les copains.

Trois mois après la CAN 2017, qu'est-ce que vous retenez?

De la frustration. Toujours. On est arrivés en quarts mais on sait que, durant ce match, on a dominé. Il y a des faits de jeu qui font basculer la rencontre... On a baissé de rythme en deuxième période et ils ont su en profiter. Ils ont des joueurs d'expérience, qui ont l'habitude du plus haut niveau. Ca se paie cash. C'est décevant mais il ne faut pas oublier qu'on se fait sortir par une très bonne équipe.

Un mot sur le coach, Florent Ibengue.

C'est important d'avoir un sélectionneur local. Il sait très bien gérer le groupe entre les binationaux et les locaux. On sait que c'est difficile pour lui parce qu'il a deux équipes (Ibenge est également entraîneur de l'AS Vita, NDLR). Ca lui fait beaucoup de travail mais il ne s'arrête jamais. Il est partout et c'est vraiment un bon coach.

Sur le papier, la RDC pourrait aller très loin mais vous n'y arrivez pas. Pourquoi?

Je ne sais pas trop ce qu'il manque. On bosse, on verra bien... On va essayer de se renforcer en "recrutant" d'autres binationaux.

Justement, un de vos coéquipiers, Nill de Pauw, est passé par les sélections belges et pourrait vous rejoindre.

Il attend un signe. Je l'ai un peu poussé à venir chez les Léopards. Le coach m'a dit qu'il fallait qu'il joue un peu plus, qu'il soit titulaire.

En attendant, il y a les éliminatoires de la Coupe du monde. C'est un rêve, j'imagine?

C'est un objectif, évidemment. Il y a deux matches cruciaux qui arrivent (face à la Tunisie, fin août et début septembre), on verra bien. C'est un groupe compliqué avec la Guinée, la Tunisie et la Libye mais on est premiers. On espère gagner ces deux matches et se qualifier.

par Nicholas Mc ANALLY

 

A lire également