Côte d'Ivoire - Dussuyer: "Aurier, c'est un bon gars"

14/11/2016
Cet amical face aux Bleus sera "forcément particulier" pour le sélectionneur français des Eléphants de Côte d'Ivoire, Michel Dussuyer, qui ne tarit pas d'éloge pour le latéral du PSG, Serge Aurier.

Coach, on imagine que c'est un match particulier pour vous.
Bien sûr que c'est une confrontation chargée de symboliques. On sait que c'est un match important en Côte d'Ivoire en raison de la proximité entre les deux pays et la valeur de l'équipe de France. C'est un match de prestige et un beau challenge à relever pour nous. Forcément, c'est un match particulier. Je suis Français mais je suis entraîneur de la Côte d'Ivoire. Je suis focalisé sur mon équipe. Ce n'est pas tous les jours qu'on rencontre l'équipe de France. C'est un sentiment particulier. Mais la préparation du match va effacer l'émotion éventuellement présente. C'est simplement une équipe adverse en face.

Vous arrivez du Maroc après un bon nul.
Marrakech, c'était compliqué mais on s'y attendait. C'était un contexte difficile mais on a su bien gérer le match et l'événement. On est dans un contexte difficile, une poule relevée avec de belles équipes. On avait beaucoup de jeunes mais on a bien géré la pression et su prendre un point qui nous conforte sur notre chemin.

C'est une nouvelle équipe des Eléphants qui va rencontre la France. Qu'est-ce que cela vous inspire?
La Côte d'Ivoire poursuit son renouvellement. On perdu beaucoup de joueurs. Ce processus de rajeunissement avait déjà commencé lors de la CAN 2015 avec le titre à la clé. La phase de renouveau se poursuit. Les départs de Siakia Tiéné, de Yaya et Kolo Touré... ont laissé la place aux jeunes. Après, on a joué samedi donc on a eu 24 heures de récupération en moins. Ca compte. La fatigue aussi, et le choc thermique en arrivant. C'est beaucoup de paramètres. Il convient de garder une ossature expérimentée et de faire entrer les jeunes après.

Avez-vous peur de cette équipe de France?
La France dispose d'un énorme potentiel d'individualité. Forcément, en face de nous, il y aura du haut niveau. Je ne sais qui va démarrer en face mais ce sera forcément beau challenge. C'est un match sur lequel on doit hausser notre niveau de jeu et laisser bonne image. C'est un double challenge. On est champions d'Afrique donc on a une exigence de résultats et de performances. Mais on a un effectif rajeuni. On manque d'expérience. On essaie de dégager un groupe, de faire travailler les garçons pour les rendre meilleurs. Les joueurs sont jeunes mais ont du potentiel. Ils ont des paliers à franchir

Est-ce que ce match s'inscrit dans votre préparation pour la prochaine Coupe d'Afrique?
On est en novembre donc tout ce qui vient s'inscrit dans le cadre de nos préparatifs mais c'est surtout un match amical de prestige. Et l'équipe voudra montrer beau visage.

Est-ce que le décès de Laurent Pokou va jouer un rôle dans ce match?
C'est forcément une nouvelle difficile. J'ai eu l'occasion de le rencontre. C'est un très grand monsieur. C'est vraiment difficile d'apprendre son décès. Il était mon idole quand il jouait à Rennes: j'avais son poster dans ma chambre. Je l'ai rencontre à Abidjan, c'est quelqu'un de bien, quelqu'un de simple.

Quel est le rôle de Serge Aurier en sélection?
C'est un joueur important par le statut qu'il a acquis. Aujourd'hui, il joue dans un grand club européen mais il reste un jeune joueur. Il a une âme de leader. Il a des qualités humaines et je suis convaincu qu'il peut prendre enccore plus de place en sélection. Il est souvent critiqué ici pour ces erreurs mais c'est un bon garçon. Il a un bon fond. Il est très apprécié au sein du groupe, il sait se faire aimer. Même si c'est vrai que, des fois, il fait des erreurs de jeunesse.

Vous avez beaucoup d'absences, notamment Eric Bailly.
J'espère que ça va bien se passer, on compte sur lui pour la CAN. C'est un joueur talentueux: il fait partie de ces jeunes qui franchissent vite des paliers. Si tout va bien, il pourrait reprend fin décemebre donc il aurait un peu de temps de jeu avant le tournoi parce que les Anglais ne coupent pas.Mais répondre aujourd'hui, c'est prématuré, ça dépend de la vitesse de son rétablissement.

 

par Ali MAKHAN

 

A lire également