Alain Giresse : "Diabaté est un joueur atypique"

12/10/2015
Le sélectionneur du Mali revient pour Foot-Express.com sur le profil de Cheick Diabaté et les échéances qui attendent les Aigles.
 
Alain, Cheick Diabaté vient de retrouver le chemin des pelouses avec son club, les Girondins de Bordeaux, après une longue absence. On le présente souvent comme un joueur au profil particulier, vous comprenez ?
 
On dit beaucoup de choses sur Cheick Diabaté, notamment qu’il n’a pas un jeu esthétique, mais attendez : Cheick il marque ses buts chaque année, que ça soit en sélection ou en club avec Bordeaux. C’est au minimum une dizaine de buts et qu’est-ce que l’on demande à un buteur ? D’être efficace, pas forcément élégant. Donc, non je ne suis pas d’accord avec cette analyse que l’on fait de lui, pour moi Cheick est un joueur atypique, oui, mais un bon joueur.
 
Sur les dernières sélections, vous n’avez pas convoqué Seydou Keita. Où en est-on de la possible retraite de Seydou Keita ? Est-ce que ce serait une grosse perte pour vous?
 
Seydou je ne l’ai pas convoqué c’est vrai, j’ai eu une discussion avec lui. Il a beaucoup apporté aux Aigles du Mali. C’était un joueur essentiel, un cadre dans le vestiaire, un leader technique sur le terrain. C’est avec lui que le Mali a fini 3e à la CAN 2012. Une CAN durant laquelle Cheick Diabaté avait marqué des buts importants (sourire). Pour en revenir à Seydou, ce n’est pas un joueur que l’on remplace facilement, mais il faut aussi préparer l’avenir. C’est ce que je fais.
 
A ce propos, avez-vous eu l'occasion de parler avec le Lillois Djibril Sidibé, ancien Espoir français mais tenté par les Aigles ?
 
Oui j’ai eu Sidibé au téléphone plusieurs fois. C’est un joueur au potentiel intéressant, donc il m’intéresse. Comme tout le monde, je démarche des jeunes joueurs qui peuvent apporter à l’équipe nationale et qui sont tentés par l’aventure. J’ai donc eu Djibril au téléphone pour lui présenter le projet du Mali. Pour l’heure il n’a rien décidé. 
 
Dans les éliminatoires pour la CAN 2017, vous êtes avec le Soudan du Sud, le Bénin et la Guinée équatoriale. Ce n'est pas un groupe évident...
 
Oui, ce n’est pas un groupe évident mais les éliminatoires de la CAN, par expérience, ce n’est jamais évident. On sait ce qu’il nous reste à faire d’ici mars car on a une double confrontation avec la Guinée équatoriale. A nous de faire la différence pour nous qualifier. D’ici là, on se prépare.
 
Pourquoi avoir choisi Troyes pour votre dernier match amical face au Burkina Faso (victoire 4-1) ?
 
Pour des raisons d’organisation, de sécurité, de confort et parce ce que je pense que c’est une bonne chose de jouer en Province plutôt que de rester sur l’ile de France. D’ailleurs j’envisage l’opportunité d’organiser des matches amicaux avec le Mali sur Toulouse. Depuis l’ouverture de lignes vers la Turquie et d’autres pays d’Europe où mes joueurs évoluent, ce peut être une idée, un projet à murir. Je prends les infos, et je n’exclus rien.
 
 
Propos recueillis par Olivier SCHWOB, à Bordeaux 

A lire également