Aaron Boupendza : " A Royan, c'était vraiment merveilleux"

15/07/2017
EXCLU Intégré à l'équipe première des Girondins de Bordeaux, l'international gabonais Aaron Boupendza se réjouit de son statut de jeune espoir. Rencontre.
 
Aaron, c’est ta première année à t’entraîner avec l’effectif pro.. Quelles ont été tes premières émotions à Royan avec ce but marqué contre Niort, (victoire 2-1) ?
 
À Royan c’était vraiment merveilleux, j’ai vraiment savouré le moment. J’ai profité des instants que le coach m’a donnés et j’ai voulu lui rendre l’ascenseur en écoutant les consignes, respecter les tactiques de jeu pour essayer de faire bonne impression par rapport à ma première en pro. Pour moi c’était une satisfaction de pouvoir aider mon équipe à ouvrir le score et à pouvoir gagner ce match à Royan.
 
As-tu eu l’occasion de discuter un peu avec ton compatriote Poko avant qu’il ne parte de Bordeaux ?
 
Avec Poko, on se connait de puis longtemps, avant même qu’il ne soit ici à Bordeaux. Mais je n’ai pas vraiment eu l’occasion de bien discuter du fonctionnement des Girondins comme il était ici. Au moment où je suis arrivé, lui était déjà parti en Turquie donc on ne s’est pas vus ; mais nous parlons toujours ensemble, on s’échange des e-mails, des sms et j’ai donc quand même appris pas mal de choses venant de lui.
 
Est-ce que c’était un rêve pour toi de venir jouer aux Girondins ? Connaissais-tu bien le club depuis le Gabon ?
 
Oui je connaissais grâce à mon compatriote Poko, qui jouait ici. Puis le club était venu jouer le Trophée des Champions à Libreville (Gabon) contre le Paris-Saint-Germain. Donc c’était un club que j’avais déjà vu jouer,  la chance s’est présentée de signer aux Girondins et pour moi c’est la plus grande des satisfactions.
 
Ton objectif cette saison, c’est de rester un maximum dans le groupe pro ?
 
Pour le moment rien n’est joué, nous sommes encore en préparation. Nous avons un match dans 10 jours et nous verrons bien par la suite ce qu’il va se passer.
 
 
Propos recueillis par Olivier SCHWOB avec Ornella à Arcachon 
 
Crédit photo : Silver Mba 

A lire également